BLOG

Non classé

8 avril 2022

La pression sociale des entrepreneurs….

J’ai lu cet article cette semaine: https://www.lesaffaires.com/blogues/dominic-gagnon/la-fin-du-vedettariat-entrepreneurial-svp/630631 , qui porte sur le vedettariat entrepreneurial. 

J’entends souvent des phrases qui montrent que l’entreprenariat est vraiment adulé au Québec. (Tu dois tellement être libre, tu es tellement chanceuse d’avoir ton entreprise, de ne pas avoir de patron sur le dos, etc…)

Les entrepreneurs. Les  »BOSS ». Ces personnes qui ont osé, qui foncent dans la vie, qui ont l’air d’être forts, inébranlables. Ces passionnés de leur métier qui donnent l’impression d’être parfaitement en contrôle, en tout temps. L’IMPRESSION. Ouaip. 

Si vous saviez!

La vérité….c’est que j’en connais BEAUCOUP, des entrepreneurs, des artisans, des travailleurs autonomes… Ceux qui gravitent autour de moi (sûrement les autres aussi là, je peux pas me prononcer 😂) sont des gens merveilleux, créatifs, allumés et bourrés de talent…Ils s’illuminent à chaque petite victoire, s’abreuvent de chaque commentaire positif et s’inspirent du négatif pour devenir meilleurs. Ils rebondissent comme des AS quand arrive un obstacle ou un échec.

Et il y a l’autre côté de la médaille. Parce que ce sont aussi ces mêmes gens merveilleux qui sont rongés par l’anxiété et les embûches, qui sont épuisés par leurs journées à éteindre des feux en plus de gérer tout le reste. Parce que les journées ne se terminent jamais. Même en famille, avec les amis, au cinéma, et même en dormant, ils ont toujours une petite pensée pour leur entreprise. Sur ce qui a été fait dans le passé, sur ce qu’ils devront faire dans le futur, sur ce qu’il ne faut pas oublier de faire dans le présent.

Je parle à la troisième personne depuis le début….mais je fais partie de ces gens là, moi aussi! (heureusement ET malheureusement. 🤐)

Moi, Sarah Potvin, propriétaire de Côté fleur côté couleur, je me lève le matin pour rendre des gens heureux. Pour célébrer les événements spéciaux dans la vie des gens. C’est pas rien ça! 

Depuis 5 ans je me lève le matin et je crée une entreprise. Et même si j’en suis fière, je me demande aussi chaque semaine pourquoi je m’inflige ça. 

Je repousse quotidiennement la peur, l’inquiétude et les soucis du revers de la main pour tenter de faire mieux. J’ai annulé des partys, des vacances, des beaux moments en famille pour mon entreprise. Je finis souvent tard au grand dam de mon chéri et de mes enfants qui m’attendent constamment. Je devrais mettre mon site web à jour. J’ai plein d’idées que je n’ai pas le temps de mettre en action. Je suis sur mon ordi/mon téléphone trop souvent, même le soir quand je devrais plutôt décrocher et me reposer. Je suis parfois impatiente avec ceux que j’aime, quand il y en a trop sur mes épaules en même temps. Je me sens coupable parce que je ne gère pas mes réseaux sociaux assidûment. Je me compare constamment aux autres (l’herbe a tellement l’air plus verte chez le voisin) et je me demande constamment comment j’aurais pu tout faire mieux, je suis le juge le plus dur de la terre entière envers moi-même! 

Cette impression de grandeur doit cesser. Parce que, quand vous demandez à un entrepreneur comment vont les affaires, il ne vous répondra jamais la vérité. Car il veut que tous croient que tout va pour le mieux afin que son égo et sa réputation restent intacts. Lorsque vous voyez un entrepreneur et qu’il vous accueille en souriant, vous avez en réalité devant vous une personne tourmentée qui recommencera à éteindre des feux lorsque vous le quitterez. 

https://leparachute.ca/sante-mentale